A SOUTH AFRICAN ARTICLE ABOUT THE IMPLANTATION OF FAMILY DYNASTIES IN AFRICA. UN ARTICLE SUD-AFRICAIN À PROPOS DE L’IMPLANTATION DES DYNASTIES FAMILIALES EN AFRIQUE





To read click here
Pour lire cliquer ici



Traduction française


La montée des dynasties africaines est un signe de dysfonctionnement

Le règne par la famille est une peste sur l'Afrique, mais elle n'est pas unique au continent, écrit Ray Ndlovu

12 Juin 2017, par Ray Ndlovu

Le pouvoir politique est en train de se transmettre au sein de familles en Afrique subsaharienne, avec les dynasties devenant de plus en plus le nouvel instrument d’acquisition d'énormes fortunes et d’influence des affaires gouvernementales.

Les élites qui gouvernent à travers le continent semblent avoir abandonné les loyalistes et les camarades de guerre qui leur chantaient des slogans, en faveur de leurs épouses, fils, filles, frères et sœurs et Beaux-parents à qui ils attribuent des postes stratégiques. Souvent, la responsabilité des membres de la famille est de protéger les intérêts politiques et économiques de cette élite et, surtout de garantir l'extension de leur règne au pouvoir.

Pour conserver le pouvoir, il semble que le sang soit l’élément le plus déterminant, et les dirigeants Africains préfèrent placer leurs destinées entre les mains de leurs proches que celles de leurs compagnons des luttes de libération.

Bien que cela permette aux dirigeants Africains de dormir plus tranquillement la nuit, des questions persistent quant à l'effet du népotisme sur la bonne gouvernance.

Une préoccupation majeure parmi les analystes politiques est de savoir si les citoyens sont les plus grands perdants des règnes dynastiques, car ils font face à la perspective d'un règne prolongée longtemps après qu'un dirigeant soit sorti de la scène politique.

Jeffrey Smith, directeur exécutif de l’ONG Vanguard Africa, affirme que la centralisation du pouvoir dans les dynasties a un effet profondément négatif sur l'état de la démocratie en Afrique. «Ce que nous avons aujourd'hui dans de nombreux cas, sont des domaines familiaux dans lesquels le contrôle du pouvoir de l'État et le pillage massif sans précédent qui l'accompagnent souvent, appauvrissent les citoyens que ces dirigeants ont la charge de protéger», dit-il.

Les leaders en Afrique du Sud, au Zimbabwe, en Angola, en Ouganda, en Guinée équatoriale et au Libéria sont sous les feux de la rampe. Leurs parents occupent des postes importants au gouvernement ou utilisent leur proximité avec le pouvoir pour exercer une influence sur les affaires gouvernementales.

La toile d'influence interne exercée par le fils du président Jacob Zuma, Duduzane Zuma, a été mise à nu par les fuites de courrier électronique de l’affaire Gupta. Elles montrent que Duduzane a une vaste implication dans les affaires gouvernementales, y compris dans la nomination de ministres et la garantie de milliards de rand dans les contrats gouvernementaux pour les entreprises avec lesquelles il est associé.

L'ancienne femme de Zuma, Nkosazana Dlamini-Zuma, est considérée par le président pour le remplacer comme leader de l'ANC en décembre. Si elle devait gagner, elle devrait continuer à obstruer la tentative du système judiciaire d'instruire plus de 700 accusations de corruption et de fraude à son encontre.

Au Zimbabwe, il y a eu un «coup d’Etat de chambre» qui a vu l'influence politique de Grace Mugabe augmenter alors que la santé du président Robert Mugabe se détériore.

La fille du couple, Bona Mugabe, a commencé à jouer un rôle central dans les affaires de l'État. En mai, elle a eu un siège aux conseils d'administration du Conseil de Censure et à la Empowerment Bank, une banque publique pas encore mise en place. Son mari, Simbarashe Chikore, a été nommé Directeur d'Exploitation d'Air Zimbabwe en 2016.

La responsable de programme de l'Institut d'Études de Sécurité et de Paix, Stephanie Wolters, dit qu'il y a souvent un «manque de transparence» sur la raison pour laquelle les familles de plusieurs politiciens sont impliquées dans la politique. "La plupart des dirigeants africains choisissent leurs enfants pour être leurs successeurs. C'est peut-être parce que la première génération de la famille s'est enrichie tellement qu'elle aurait trop à perdre dans une transition de pouvoir", dit-elle.

En Angola, Isabel dos Santos, la femme la plus riche d'Afrique et fille du President Jose Eduardo dos Santos, a été nommée à la tête de la compagnie pétrolière nationale Sonangol il y a un an. Son jeune frère, Jose Filomeno de Sousa dos Santos, dirige le fond souverain de 5 milliards de dollars du pays, le Fundo Soberano de Angola, depuis qu’il a été nommé à ce poste par son père en 2012.

Verisk Maplecroft, une firme internationale de conseil en matière de risques, déclare que la nomination d'Isabel à Sonangol a lancé la spéculation qu'elle serait en première ligne de succession a son père, bien que la baisse des prix du pétrole ait rendu ses plans pour une succession dynastique, vulnérables.

«L'influence de Dos Santos sur le pouvoir dépend de la richesse pétrolière et de sa répartition entre les élites dirigeantes. La baisse des recettes pétrolières corrode ainsi sa capacité à conserver le contrôle de l'État et à le transmettre à son héritière choisie», a déclaré la firme.

En Ouganda, la femme du Président de longue date Yoweri Museveni, Janet Museveni, est Ministre de l'Education - un portefeuille qui englobe habituellement la plus grosse part du budget annuel du pays.

En janvier, Museveni a nommé son fils, le Maj-Gen Muhoozi Kainerugaba, comme son Conseiller Spécial, ce qui a causé des spéculations qu'on le préparait a la succession.

Le directeur du Groupe de Crise Internationale pour l'Afrique australe, Piers Pigou, affirme que la domination de certaines familles au sommet de la politique n'est pas unique aux États postcoloniaux.

«L'aristocratie politique peut être retrouvée dans les démocraties les plus matures. La composition, la rétention et la réplication des intérêts de l'élite varient d’environnement politique à environnement politique, influencées par une gamme de variables qui reflèteront la profondeur des valeurs et des pratiques démocratiques, la robustesse des institutions, les objectifs politiques et les notions de responsabilité », dit-il.

En Guinée Equatoriale, le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a également positionné ses fils pour les hautes fonctions et la fortune. Teodoro Nguema Obiang Mangue, communément appelé «Teodorin», est Vice-Président. Teodorin mène un train de vie somptueux et compte plus de 30 millions de dollars de biens achetés avec des fonds apparemment détournés. Certains ont été saisis par les autorités américaines en 2014.

Gabriel Mbaga Obiang Lima est un autre fils Obiang et est Ministre des Mines, de l'Industrie et de l'Energie. Il organise l’octroi de toutes les concessions pétrolières du pays. Lima est surnommé «le seigneur et le maître» de l'industrie pétrolière en Guinée Equatoriale.

La semaine dernière, en marge de la conférence Africa Oil & Power tenue à Cape Town, ExxonMobil a signé un contrat de partenariat de production pour le bloc EG-11 avec la Guinée Equatoriale, qui est adjacent aux opérations de l'entreprise sur le champ pétrolifère de Zafiro. Lima dit que la relation avec ExxonMobil a «transformé» la Guinée Equatoriale.

Au Libéria, la première femme présidente du continent et laureate du prix Nobel de la Paix, Ellen Johnson Sirleaf, a également joué à la politique dynastique. Son fils Charles Sirleaf a été nommé Gouverneur Intérimaire de la Banque Centrale en 2016. Un autre fils, Robert Sirleaf, a été nommé à la tête de la Compagnie Nationale du Pétrole du Libéria. Cependant, il a été obligé de démissionner en 2013 après de fortes critiques de la part de citoyens libériens et, en 2014, il a perdu sa tentative de se faire élire au Sénat.

Dans certains pays, il semble qu'un poste de leadership en politique soit un droit de naissance; une seule famille domine le paysage politique à telle enseigne que le nom de cette famille devienne synonyme du pays.

Le Botswana, le Kenya, la République démocratique du Congo, le Gabon, le Togo et l'île Maurice ont tous eu une succession de père en fils.

Au Malawi, les frères Mutharika se sont succédés. Après le décès en 2015 de Bingu wa Mutharika, Peter Mutharika a remporté l'élection et est devenu président.

Au Botswana, Ian Khama a remporté les élections en 2008, 27 ans après la règne de son père Seretse Khama. Son frère, Tshekedi Khama, est le Ministre du Tourisme.

Au Kenya, Uhuru Kenyatta est devenu Président 34 ans après son père, Jomo Kenyatta. Il tente actuellement d’obtenir un deuxième mandat lors des élections d'août.

En République Démocratique du Congo, Joseph Kabila a pris la relève en 2001 après l'assassinat de son père, Laurent-Désiré Kabila. La famille possède 70 entreprises dans le pays, selon Bloomberg.

Au Gabon, Ali Bongo règne depuis la mort de son père, Omar Bongo, en 2009.

En janvier, Pravind Jugnauth a pris la relève comme Premier Ministre de Maurice, de son père, Anerood Jugnauth, qui a démissionné, citant la nécessité d'un «leadership plus jeune».

Le président Faure Gnassingbé, du Togo, est le fils et successeur immédiat du cinquième président du Togo, Gnassingbé Eyadema.

La famille Gnassingbé dirige le Togo depuis 48 ans des 55 ans de son histoire postindépendance, explique Vera Songwe, membre du programme d'économie et de développement de la Brookings Institution et de l'Initiative de Croissance en Afrique. "Le Gabon connait une expérience similaire avec un père et un fils à la tête du pays pour plus de 86% de l'histoire postindépendance du pays ... 47 sur près de 55 ans et le fils est toujours au pouvoir", dit-elle.
Mais l'expansion des dynasties politiques familiales semble être un phénomène mondial et pas seulement un problème africain.

Le Professeur Mahmood Mamdani de l'Université Makerere affirme que cette tendance se développe dans de nombreux pays nouvellement indépendants.

"Pensez à la dynastie Nehru en Inde et à la dynastie Bhutto au Pakistan. Jusqu'à présent, ces dynasties ont été minées soit par des mobilisations populaires, soit par des coups d’Etat militaires", at-il dit.

"Nous pouvons également voir la tendance aux dynasties familiales dans les pays plus développés comme les États-Unis. Il suffit de penser aux familles Clinton [et] Bush et à la rapidité avec laquelle la famille Trump s'est blottie dans la Maison Blanche. Elle souligne l’importance du rôle de la corruption et du dysfonctionnement du système politique ".

En Afrique, le fait que des familles restent au pouvoir de nombreuses années et amassent des fortunes, semblent avoir encouragé les élites dirigeantes. Les mots du monarque français Louis XIV, "L'état, c'est moi", semblent aptes.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT