H2O WOULD LIKE TO PROTECT PORT-GENTIL AND ITS INHABITANTS. H20 VOUDRAIT PROTÉGER PORT-GENTIL ET SES HABITANTS






English Version


"Industrial Gabon" vs "Green Gabon" inconsistencies in Port-Gentil
By H2O GABON, an Association for the Protection of Nature and Environment

Since announcing the creation of the free exchange zone of Mandji island, which then was later transformed into the Economic Interest Zone of Mandji island, we see that unfortunately the "Industrial Gabon" is largely superseding the "Green Gabon" because the definition of the policy of "Green Gabon" remains unclear. Allowing industries from various countries, unscrupulous toward the environment, to step into the breach left gaping. Regarding the city of Port-Gentil, the environmental policy of the city called 'Green Pillar' does not exist; no concerted thinking about it, no specifications. And simply, not the least embryonic idea about it ... How, in this situation, could our elected officials react when facing these temple merchants so well established in these maneuvers and deceptive practices in order to sell us anything, much to the disdain of our health, of our environment and of our future?

Going further into the observation and reflection on the Economic Interest Zone of Mandji Island: The creation of the ZES has resulted in the destruction of hundreds of hectares of mangrove forest that protected the city of Port-Gentil against flooding, ocean swells and cycles of tornadoes - phenomena that will only grow over the years to come, as an aggravating factor of climate change. In this area we have only scratched the ecological risks (see article online " Haro sur Port-Gentil ou La ville de Port-Gentil exposée à des risques environnementaux", November 2011). Who will pay for the devastating consequences of this major blow to the mangroves that protected Port Gentil for free? We, unfortunately.

Some time ago, we had the chance to attend the public consultation organized by the group OLAM, which is a key player in this ZIEC, since according to their presentation, there should implement various activities. During this presentation on ZIEC, among several fanciful ideas, we read the proposed project of hotels and areas for aquaculture/fish farming. How can they claim to install the above mentioned activities in close proximity of a petrochemical (a refinery) and chemical (a fertilizer and an ammonia plant) complex?

With respect to the principal activity of OLAM, the chemical fertilizer plant, it is true that the raw material is close (gas flaring). But in an agricultural world today that is radically changing, more and more farmers are abandoning chemical fertilizers as too polluting and too risky for the health of all (farmers and consumers). These risks have been established by numerous scientific studies around the world. Is that not why they decided to create these chimeras which are called "GMO or Genetically Modified Organisms" to avoid using fertilizers and pesticides, which cause huge environmental damage, and contribute to pollution of soil, air, groundwater, rivers and oceans, all these efforts to a sluggish global agricultural production do not prevent the third world to starve ... One utopia is superseding another. In a world where health risks are increasingly identified, reported and linked to our diet, how can they consider selling chemical fertilizers? Regarding the argument presented by proponents of this plant: "manufacture of fertilizers for village's agriculture", it does not hold because the young generation does not deign to return to the soil, and that village's agriculture is mainly a biological agriculture (i.e. the project of 800 acres of land by President Sassou Nguesso in his village of Edou in northern Congo). Internationally, it is and we will be increasingly difficult to find outlets for this type of dangerous products in the coming years. Because people's consciousness is evolving towards a better life and better eating.

To extend our discussion, we would like to remind readers of the accident of 21 September 2001 in Toulouse (France). The AZF factory in Toulouse was destroyed by the explosion of a stockpile of ammonium nitrate (fertilizer), killing 30 people, injuring 2500, leaving 14,000 people with psychological trauma and heavy material damages (about 2 billion Euros). The result: a deeply wounded city, a city suing the company Grande Paroisse (Total Group) for over 10 years. To date no compensation has been paid in damages. As we see above, this kind of industry is not without danger. The first risk is the air pollution in case of an incident or accident. Depending on the concentration and wind direction, the contaminated air causes dizziness, nausea or death by asphyxiation of the population, depending on its proximity. The second risk is that of pollution by sewage overflows or by accident: the proximity of the sea would cause the immediate extinction of aquatic fauna and flora in all areas with polluted water. The third risk, not least, is the plant explosion. We have already seen the effects and results, knowing that the deforestation around Port-Gentil and its urban particularity do not play in our favor. The environmental impact study provided was worthy "of a report for kisses, where everything was nice and beautiful." And we have noted that it was made available for very little time for relevant readers to look at it. Why? Some questions are burning our lips:

* Why insist on wanting to install such an industry in the immediate vicinity of the city?

* Have they considered that the neighborhood is too close to two other industries with explosive potential, oil terminal and Cape Lopez refinery of SOGARA?

* Is not there a risk of a "snowball effect"?

* Although not a bird of ill omen, if water or air pollution were to occur, would they be able to identify and contain these?

* In the case of an explosion of-type AZF, do we have enough beds to accommodate a large number of patients in our hospital where places are limited already?

* Do we have a medical profession corps in sufficient number and capable of handling this kind of illnesses linked to major industrial accidents?

* In case of marine pollution, who will restore and pay for the damage caused to the environment, therefore our common good?

* In case of air pollution, who will take care of and compensate affected people or their heirs?

* In the event of a major disaster, ultimately, who will pay?

We'll let you answer these legitimate questions in your souls and consciences, and lengthily meditate on the map above. Keep in mind that the lives and future of a city are at stake

World Map of pollution and industrial accidents
Since the early 20th century






We want to finish our discussion by quoting a phrase that could serve as a maxim, it comes from the inventor of the scientific term "biodiversity", the American biologist and entomologist, Professor Edward Osborne Wilson, which reads "Humanity is not defined because it creates, but by what it chooses not to destroy".

H2O GABON, Association for the Protection of Nature and Environment, nonprofit (governed by the Earth Charter),
B. P. 1991, Port-Gentil (GABON)
Email: h2ogabon@yahoo.fr
Tel: 00 241 07 53 77 70

Association for the Protection of Nature and Environment
Our motto: "A human adventure of people passionate about the Protection of Nature and Environment"
Governed by the Earth Charter, Costa Rica.

Excellence Award 2010 Rotary Club of Port-Gentil




Version Française


« Gabon Industriel » vs « Gabon Vert », les incohérences Port-gentillaises
par H2O GABON, Association pour la Protection de la Nature et de l'Environnement

Depuis l’annonce de la création de la zone franche de l’île Mandji, qui s’est transformée par la suite en Zone d’Intérêt Economique de l’île Mandji,nous constatons que malheureusement le « Gabon Industriel » prime largement sur le « Gabon Vert », car la définition de la politique du « Gabon Vert » reste floue. Ce qui permet aux industries de différents pays, peu scrupuleuses de l’Environnement de s’engouffrer dans cette brèche laissée béante. En ce qui concerne la ville de Port-Gentil, la politique environnementale de la ville dénommée « Pilier Vert » n’existe pas, pas de réflexion concertée à ce sujet, pas de cahier des charges. Et plus simplement pas le moindre embryon d’idées à ce sujet… Comment, dans cet état de fait, nos élus peuvent-ils réagir face à ces marchands du temple si bien rodés à ces manœuvres et pratiques fallacieuses, pour arriver à nous vendre n’importe quoi, au grand mépris de notre santé, de notre environnement et de notre futur ?

Allons plus avant dans le constat et la réflexion sur la Zone d’Intérêt Economique de l’île Mandji : La création de la ZES s’est traduite par la destruction de plusieurs centaines d’hectares de mangrove qui protégeaient la ville de Port-Gentil des inondations, de la houle océanique et des cycles de tornades - phénomènes qui ne feront que s’amplifier au fil des ans à venir, ayant comme facteur aggravant le changement climatique. Dans ce domaine nous n’avons fait qu’effleurer les risques écologiques (cf. article paru en ligne « Haro sur Port-Gentil ou La ville de Port-Gentil exposée à des risques environnementaux », Novembre 2011). Qui payera les conséquences dévastatrices de cette atteinte majeure à la mangrove qui protégeait Port-Gentil gratuitement ? Nous, malheureusement.

Il y a quelques temps déjà, nous avons eu la chance d’assister à la consultation publique organisée par le groupe OLAM, qui est un acteur essentiel de cette ZIEC, puisque selon leur présentation, il devrait y implanter différentes activités. Lors de cette présentation sur la ZIEC, dans l’ordre des idées fantaisistes, nous avons lu le projet d’hôtels et des zones réservées à l’aquaculture/pisciculture. Comment peut-on prétendre installer les activités citées ci-dessus à proximité immédiate d’un complexe pétrochimique (une raffinerie) et chimique (une usine d’engrais type AZF et une usine d’ammoniac) ?

En ce qui concerne l’activité principale d’OLAM, l’usine d’engrais chimique, il est vrai que la matière première est proche (le gaz des torchères). Or dans un monde agricole actuel qui est en profond bouleversement, de plus en plus d’agriculteurs abandonnent les engrais chimiques, car trop polluants et trop risqués pour la santé de tous (agriculteurs et consommateurs). – Ces risques ont été établis par de nombreuses études scientifiques de par le monde- . N’est-ce pas pour cela que l’on a décidé de créer ces chimères qui l’on appelle « les OGM ou Organismes Génétiquement Modifiés » pour éviter d’utiliser des engrais et des pesticides, qui causent de gros dégâts environnementaux, et contribuent à la pollution des sols, de l’air, des nappes phréatiques, des fleuves et des océans, tout ces efforts faits pour une production agricole mondiale stagnante qui n’empêche pas le tiers monde de mourir de faim… une utopie en remplace une autre. Dans un monde où les risques sanitaires sont de plus en plus identifiés, dénoncés et liés à notre alimentation, comment peut-on envisager vendre des engrais chimiques. Quand à l’argument présenté par les promoteurs de cette usine, « fabriquer des engrais pour l’agriculture villageoise », il ne tient pas puisque la jeune génération ne daigne pas retourner à la terre, et que l’agriculture villageoise est principalement une agriculture biologique (exemple : le projet de 800 hectares de terres lancé par le Président Sassou Nguesso dans son village de Edou dans le Nord du Congo). A l’international, on a et on va avoir de plus en plus de mal à trouver des débouchés pour ce type de produits dangereux dans les années à venir. Car la conscience des peuples évolue vers un mieux être et un mieux manger.

Pour prolonger notre propos, nous aimerions rappeler aux lecteurs l’accident du 21 septembre 2001, à Toulouse (France). L’usine AZF de Toulouse est détruite par l’explosion d’un stock de nitrate d’ammonium (engrais chimique), entraînant la mort de 30 personnes, faisant 2 500 blessés, laissant 14 000 personnes atteintes de lourds traumatismes psychiques et de lourds dégâts matériels (environ 2 milliards d’Euros). Résultat : une ville profondément meurtrie, une ville en procès contre la société Grande Paroisse (groupe Total) depuis plus de 10 ans. A ce jour aucune indemnité n’a été versée au titre des dommages. Comme nous le voyons ci-dessus, ce genre d’industrie n’est pas sans danger. Le 1er risque est la pollution de l’air en cas d’incident ou d’accident. En fonction de la concentration et de la direction du vent, l’air ainsi contaminé provoquerait des vertiges, des nausées, voir la mort par asphyxie de la population en fonction de sa proximité. Le 2ème risque est celui de la pollution par débordements des eaux usées ou par accident : la proximité de la mer engendrerait l’extinction immédiate de la Faune et de la Flore aquatique sur toutes les zones aquatiques polluées. Le 3ème risque, et non des moindres, est l’explosion de l’usine. Nous en avons déjà vu plus haut les effets et les résultats, sachant que la déforestation des alentours de Port-Gentil et son particularisme urbain ne jouent pas en notre faveur. L’étude d’impact environnementale fournie était digne « d’un rapport pour bisous nounours, où tout le monde, il est gentil et tout le monde, il est beau ». Et nous avons bien noté qu’elle n’a été rendue disponible matériellement que très peu de temps aux lecteurs pertinents. Pourquoi ? Certaines questions nous brûlent les lèvres :

* Pourquoi s’entêter à vouloir installer une telle industrie à proximité immédiate de la ville ?

* A-t-on pris en compte le voisinage trop proche de 2 autres industries à tendance explosive, le terminal pétrolier du Cap Lopez et la raffinerie de la SOGARA ?

* Ne risque-t-on pas « un effet boule de neige » ?

* Sans être un oiseau de mauvais augures, en cas de pollution de l’eau ou de l’air serait-on capable de circonscrire et d’endiguer ces dernières ?

* Dans le cas d’une explosion de type AZF, avons-nous assez de lits pour prendre en charge un nombre très important de patients dans notre hôpital où déjà les places sont limitées ?

* Avons-nous un corps médical en nombre et capable de traiter ce genre de pathologies liées aux accidents majeurs industriels ?

* En cas de pollution de la mer, qui va restaurer et payer les dégâts causés à l’Environnement, donc à notre bien commun ?

* En cas de pollution de l’air, qui va prendre en charge et indemniser les personnes ou les ayants droits ?

* En cas de catastrophe majeure, au final, qui va payer ?

Nous vous laissons répondre à ces légitimes interrogations en vos âmes et consciences, puis longuement méditer sur la carte ci-dessus. Gardez bien à l’esprit que des vies et l’avenir d’une ville sont en jeu.

Carte mondiale des pollutions et accidents industriels
Depuis le début du 20ème siècle






Nous aimerions terminer notre propos par citer une phrase qui pourrait servir de maxime, elle nous vient de l’inventeur du terme scientifique « biodiversité », l’Entomologiste et biologiste américain, Professeur Edward Osborne Wilson, dont voici la teneur «L’humanité ne se définit pas parce qu’elle crée, mais par ce qu’elle choisit de ne pas détruire ».

H2O GABON, Association pour la Protection de la Nature et de l'Environnement, à but non lucratif (régie par la Charte de la Terre),
B. P. 1991, PORT-GENTIL (GABON)
Courriel: h2ogabon@yahoo.fr
Tél: 00 241 07 53 77 70

Association pour la Protection de la Nature et de l’Environnement
Notre devise : «Une aventure humaine de gens passionnés par la Protection de la Nature et de l’Environnement»
Régie par la Charte de la Terre, Costa Rica.

Trophée de l’Excellence 2010 du Rotary Club de Port-Gentil




Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE